PARIS BREST PARIS au FEMININ : L’EPILOGUE

Dimanche 16 Aout, 17 heures, Saint Quentin en Yvelines grouille de vélos  et les discussions dans toutes les langues qui s'entremêlent  contribuent à l'atmosphère de fête ambiante. Les cyclos encore propres et fringants embrassent une dernière fois leurs proches avant de rejoindre le lieu du départ au milieu des  quelques 6000 Participants venus de tous les coins de la planète. Une demi-heure avant notre départ prévu à 19 heures, notre groupe des BRMs (Emmanuelle, Sylvaine, Bruno, Gilles, Pascal, Denis) est à nouveau reconstitué : Emmanuelle et Sylvaine semblent aussi sereines que le ciel de cette fin de journée. Nous choisissons de nous regrouper en queue du peloton avant le départ afin d'éviter les dépassements et  d’avoir l’assurance de ne pas se disperser.

A 19 heures 02, les premiers tours de roues sont donnés au milieu des applaudissements et des encouragements du nombreux public présent. Comme prévu, notre allure modérée nous permet rapidement de s'isoler du gros du peloton et de traverser sans stress les petites localités des Yvelines et leurs aménagements  ralentisseurs. La température  clémente et l'absence de vent facilite notre progression vers la vallée de l'Eure que nous traversons à Nogent le roi avant d'escalader, sous les applaudissements, la première véritable cote qui nous mènera sur les plateaux d'Eure & Loir. Les plus rapides du groupe partis à 19heures 15 nous rattrapent.  Notre allure est volontairement modérée : Notre fraicheur physique ne doit nous faire oublier que la route sera longue. Nous observons une courte pause après 70kms avant d'atteindre  Châteauneuf en Thymerais. Le Jour qui s'évanouit nous permet d'admirer la longue guirlande rouge qui nous ouvre la route vers l'ouest. L'arrivée dans le PERCHE nous propose un relief plus accidenté qui nous aide à conserver une sensation agréable malgré la température qui commence à baisser. Denis qui se sent des fourmis dans les jambes décide de nous quitter et de vivre son PBP en solo. Apres 140Kms, nous arrivons à MORTAGNE, lieu du premier accueil officiel : Tout le monde en profite pour se restaurer et enfiler des vêtements chauds afin d'affronter cette première fin de nuit.

Lundi 17 Août

Vers 2 heures, nous repartons en direction de la Sarthe dans une atmosphère plus fraiche. Notre allure est conforme à mes espérances et c'est au petit matin que nous rallions dans la brume le premier contrôle de VILLAINES LA JUHEL. Les boulangeries et les Bars regorgeant de cyclos,  nous décidons de pousser jusqu'au RIBAY pour le petit déjeuner. Le Soleil fait son apparition et les conditions redeviennent plus agréables. Aucun problème de fatigue ou de sommeil au cours de cette première matinée  qui nous verra traverser la Mayenne avant de pointer au second contrôle de FOUGERES vers Midi. Apres 310Kms,  Nous arrêtons une heure et demie à la sortie de la ville pour déjeuner et s'octroyer un peu de repos allongés sur une pelouse. Bruno nous donne des nouvelles de Denis qui semble avoir un petit coup de fatigue : Il décide de nous quitter pour tenter de le rejoindre. Nous ne sommes plus que 5 à repartir groupés pour traverser l'ILLE et VILAINE. Le secteur que nous empruntons fait partie des tronçons les moins exigeants de la randonnée : beaucoup de plat et des lignes droites à l'exception de la côte qui nous amène à BECHEREL. Il faut combattre la lassitude et garder des forces pour passer les 40Kms compliqués qui suivront LOUDEAC. Emmanuelle & Sylvaine continuent à rouler régulièrement et contrôlent bien le manque de sommeil.  Apres le pointage du milieu d'après midi à TINTENIAC, nous arrivons au contrôle de LOUDEAC au Km 450 à 21Heures. Apres un rapide bilan de l'état physique de chacun, nous  optons pour  une pause d'une heure et demie afin de se restaurer et ensuite de rejoindre CARHAIX pour dormir.

A 22 heures 30, nous reformons le groupe pour entamer  le tronçon le plus délicat qui mène à CORLAY : Routes granuleuses, pentes plus sévères.  Le manque de sommeil, la fraicheur nocturne et la lassitude après 26heures de randonnée rendent notre progression plus laborieuse. Emmanuelle & Sylvaine ne montrent aucun signe de renoncement. Elles savaient qu'il faudrait affronter des moments plus difficiles et comme Gilles, Pascal & moi, elles font face. Au détour d'une cote boisée, nous apercevons un stand illuminé qui sent bon les crêpes et ou le café coule à flots : c’était   une aubaine, qu'a une heure aussi tardive, on ne pouvait pas laisser passer. Un peu plus tard, La traversée de CORLAY met un terme au passage compliqué.

Mardi 18 Août

A 3h30, nous arrivons à CARHAIX ou nous abandonnons 3H00 aux bienfaits de Morphée.

Au Petit matin, nous reprenons la route en compagnie d'une trentaine de cyclos pour parcourir les 90Kms qui nous séparent de Brest. Le levé du jour nous permet d'admirer la magnifique cité de HUELGOAT avant de longer son lac embrumé en direction du TREVEZEL. A cet instant,  je note les absences  d'Emmanuelle &  de Gilles. Je stoppe,  attends quelques minutes, et ne pouvant les joindre faute de réseau, me résout à repartir vers HUELGOAT ou je les avais aperçus pour la dernière fois. Je les retrouve à la table d'un café en train de compléter leur petit déjeuner trop léger de CARHAIX et décide de les imiter. Nous Repartons environs 3/4 heure derrière Sylvaine & Pascal qui s'inquiètent faute de nouvelles. Tout Rentrera dans l'ordre quelques minutes plus tard : On se retrouvera à Brest. La brume matinale s'estompe et  le soleil qui réchauffe nos jambes  rend l'ascension du ROC TREVEZEL assez agréable. Nous profitons de la longue descente vers SIZUN pour se décontracter et nous  nous attardons sur le pont de PLOUGASTEL pour prendre quelques cliches avant d'entrer dans Brest sous les coups de midi : Nous avons mis 41 Heures pour rallier Brest. Les deux petites heures que nous nous accorderons à Brest pour se régénérer seront utilisées à la convenance de chacun. Sylvaine privilégiera la douche, Emmanuelle le repas, moi la sieste.

Peu avant  14heures, nous remontons sur nos vélos pour entamer le second volet de notre PBP. Dès les premiers kilomètres, à LANDERNEAU, Sylvaine me fait part de son irrésistible envie de dormir. Un grand parc verdoyant en sortie de ville fera l'affaire.  Sylvaine s'allonge sur la pelouse et s'endort.  Chacun profite de cette halte impromptue pour retrouver du calme et du repos. Au bout d'une 1/2heure, Sylvaine se lève : Le coup de sommeil est passé et nous pouvons reprendre la route. L'arrivée sur SIZUN annonce le pied de la longue cote de 15Kms qui mène au ROC TREVEZEL. Sylvaine semble avoir retrouvé des forces : l'ascension s'effectue à allure régulière et le sommet est atteint dans de bonne condition.

Le train est à nouveau en marche : A 18h30, nous effectuons notre premier pointage du retour à CARHAIX. Nous effectuons notre  ravitaillement dans un  supermarché du centre ville afin de perdre moins de temps. Il nous reste 80Kms avant de rejoindre LOUDEAC ou nous comptons dormir pour la seconde fois. La température du début de soirée est toujours aussi clémente et notre groupe progresse bien. A CORLAY, nous investissons le dernier bar ouvert pour faire le plein de boissons chaudes avant d'affronter les 35Kms tant redoutés qui nous séparent de LOUDEAC. Comme par miracle , c'est dans une relative facilité que nous arpenterons les pentes boisées que nous avions franchies dans la difficulté à l'aller.

Mercredi 19 Août

Nous arrivons au contrôle de LOUDEAC à 1H15 dans une forme correcte qui nous aurait presque incité à continuer. Nous observerons cependant la pause sommeil programmée.

A l'heure de repartir, nous constatons qu'aucun d'entre nous n'a  pu véritablement trouver  le repos. On pressent déjà une journée qui s'annonce compliquée. Dès les premiers kilomètres dans cette fin de nuit fraiche, je sens que le sommeil, qui un temps s'est refusé, est désormais prêt à s'inviter. Nous peinons à trouver un rythme régulier. Emmanuelle a des difficultés pour  rester éveillée. A LOSCOUET,  le premier bar ouvert nous offre l'occasion de se réchauffer et de boire du café. Tous les cyclos présents ont les yeux rougis par la fatigue.  Sylvaine, Pascal & Gilles sont partis devant : On se regroupera à QUEDILLAC. Dans la Descente qui suit le passage à BECHEREL, les participants qui nous devancent mettent pied à terre :  un cyclo vient de percuter une voiture. Ce drame marque nos esprits et nous fait prendre conscience des dangers qui nous guettent. Entre TINTENIAC et FOUGERES, nous ne parvenons pas à retrouver une progression correcte sur un secteur qui ne présente pourtant aucune difficulté.

A 12h30, nous pointons à FOUGERES. J'invite Emmanuelle & sylvaine à consacrer leur temps de pause au repos. Avec Gilles et pascal, nous nous occuperons du ravitaillement.

A 14H00, nous remontons sur la selle en direction de VILLAINE LA JUHEL. Le repos a fait du bien : Nous roulons avec plus de constance en traversant la Mayenne. Des vélos nous doublent, nous en rattrapons d'autres. Nous approchons des 1000Kms et cela devient dur pour tout le monde.

A 18heures 30, nous pénétrons dans VILLAINE pour le contrôle.  Après une restauration rapide en sortie de ville, nous repartons en direction de la SARTHE. Nous sommes sur les bases d'un PBP 88H. 

La  difficulté à retrouver du rythme après la pause m'inquiète. Au bout d'une heure, alors que la nuit tombe et la température reste agréable, je sens que tout le monde retrouve des forces. Nous roulons à plus vive allure, ce qui incite d'autres cyclos à intégrer notre groupe. Avec Gilles, on s'octroie une petite récréation après la traversée de MAMERS : Les sensations sont bonnes. Une Pause café improvisée à PARFONDEVAL permet de nous regrouper avant de rejoindre MORTAGNE pour l'avant dernier contrôle.

Jeudi 19 Août

La Confiance est revenue en même temps que les sensations. Nous avalons sans difficultés les derniers vallonnements du PERCHE qui nous séparent de NEUILLY Sur EURE  ou nous retrouvons un terrain plat. A 6H30, Nous effectuons notre ultime pointage à DREUX. Il restera plus de 6heures pour parcourir 60Kms. La pression descend, notre réussite est devenue une certitude. Nous nous attardons devant notre petit déjeuner pour fuir  la pluie, qui dehors, a fait son apparition. Nous décidons de repartir peu avant 8h00 sous un ciel chargé et un vent 3/4 face. J'accompagne un temps Emmanuelle que j'abandonne à gilles peu avant CONDE/VESGRE. Le groupe s'éparpille pour permettre à chacun de vivre de manière plus personnelle, la fin de son PBP. Les derniers kilomètres sont couverts sous les applaudissements d'un public admiratif.

La ligne  d'arrivée franchie, nous nous regroupons dans le vélodrome et savourons ensemble la réussite de notre entreprise avec beaucoup d'émotions. La joie et la fierté d'Emmanuelle & de sylvaine me font énormément plaisir. Leur réussite est également la mienne et je les remercie sincèrement de m'avoir accordé leur confiance, d'avoir toujours été d'humeur égale même dans la difficulté et d'avoir su balayé mes doutes quand ma confiance vacillait. Je remercie également Gilles, Pascal, Bruno & Denis  qui m'ont apporté leur soutien et qui ont contribué à la réussite du projet.

Une pensée également pour tous les bénévoles qui ont œuvré pour sécuriser le parcours et pour toutes les personnes qui nous ont soutenus sur le bord des routes  avec leurs encouragements.

Commentaires (6)

1. Anne Bonmartel 07/09/2015

Merci pour ce récit. Un grand bravo à tous et en particulier à mon frère et à ma belle-soeur dont le courage force l'admiration. Je les ai encouragé comme j'ai pu en envoyant des texto tout au long de cet exploit pour qu'ils sachent qu'on pensait à eux. Hâte de voir le reportage photo !!

2. Philippe JEANNE (site web) 27/08/2015

De l'émotion sur la route du PBP ... de l'émotion dans le Club où quatre des nôtres et Jean-Jacques notre adhérent, étaient de la partie ... mais surtout, de l’émotion devant mon écran d'ordinateur lorsque, la nuit, je me relevai pour savoir s'ils avaient pointé ici où là !
Un grand bravo au grand "seigneur de la route" que tu es Jean-Jacques ! Solidarité, abnégation, sportivité, amitié ... voilà les mots que tu inspires ... et qui s'inscrivent au fronton du cyclotourisme !
Philippe, Président de l'Amicale Cyclotouriste Pavillaise

3. Sylvaine et Pascal 26/08/2015

Encore merci à Jean Jacques pour son soutien, sa patience et son aide précieuse lors de notre Paris Brest Paris. Le périple du PBP et tous les brevets qualificatifs nous ont fait apprécier sa grande expérience de capitaine de route, et nous lui en serons toujours reconnaissants.
Ce fut une expérience extraordinaire, qui nous laissera un souvenir inoubliable.
Merci également à tous les bénévoles sans qui le Paris Brest ne pourrait avoir lieu.

4. Villette Henri 26/08/2015

Félicitations à toutes et tous, j'aurais tellement aimé en être, mais la forme et la sagesse m'ont conduit à renoncer, et merçi à notre Jean-Jacques, le capitaine de route altruiste et exemplaire qui a fait que tant de brevets ont été réussis dans la bonne ambiance et la fraternité.......Au plaisir des futurs kilomètres à partager.

5. coquin 26/08/2015

Un énorme merci à Jean Jacques sans qui je n'aurai osé me lancer dans ce formidable défi!Une grande satisfaction d'avoir réussi.Des comptes rendus qui nous permettent de dé-rouler cette aventure partagée....De formidables émotions tout au long de la route.Merci à tous ceux qui participent à notre réussite en donnant de leur temps,du café et autres soutiens et encouragements...je me souviendrai longtemps de mes larmes à l'arrivée!!!

6. loride monique 26/08/2015

bravo.. super d'avoir réussi votre périple ensemble..
j'aurai aimer vous voir à l'arrivée.. mais j'ai fais mon paris-Brest de l'autres côté.. et sa aussi c'est super.. mais pas très repossant.
félicitations à vous tous
Monique LORIDE

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau